Croire et faire route ensemble

Comment les bâtisseurs pourraient-ils construire un bel édifice s’ils ne sont pas d’accord sur le projet ? Et comment concevoir un grand dessein commun sans accomplir ensemble un parcours de réflexion et de débats ? Autrement dit, il faut croire pour marcher et marcher pour croire, comme les disciples dans l’évangile de Luc nous en donnent l’exemple lorsque Pierre, malgré l’incrédulité qu’il partage avec les autres Apôtres au sujet du rapport des femmes, accomplit le même chemin qu’elles pour accéder bientôt à la même foi de Pâques.

Le paysage politique de notre pays, tel qu’il apparaît bouleversé désormais, peut inspirer une grande inquiétude : les Français croient-ils suffisamment à la même France pour la vivre et la faire vivre ensemble ? Et sont-ils assez disposés à mettre en œuvre et à profit les institutions pour que ne cesse de s’élaborer le consensus fondamental nécessaire à la constitution véritable d’une nation ? Si les divisions sont aussi profondes qu’elles paraissent, le danger est grand de fractures irrémédiables à court ou moyen terme.

Il est permis de se demander si la parole officielle de l’Église a encore une quelconque influence sur les citoyens et sur leurs choix politiques. Au moins pouvons-nous espérer que cette parole ait un effet sur la vie chrétienne des fidèles à l’intérieur de l’Église. En tout cas, il nous est donné de constater avec joie que dans notre petite paroisse le "synode sur la synodalité" se vit et porte fruit. Continuons en ce temps de la Résurrection à marcher pour croire et à croire pour marcher, ensemble !
Père Marc Lambret



Contact express