Un petit troupeau prophétique

Malgré le nom liturgique de ce dimanche, la version lucanienne de l’évangile "des rameaux" que nous entendons en cette année C ne mentionne ni palmes ni branchages d’aucune sorte. Les gens étendent leurs vêtements sur le passage de celui que les disciples acclament explicitement comme "roi" C’est donc une véritable intronisation de Jésus, avec la reprise du chant de louange de Noël. Mais l’évènement est marqué d’une extrême simplicité puisque ce souverain est juché sur un ânon, ce qui ne peut manquer de paraître ridicule à certains. Non seulement cette posture évoque le "roi pacifique" de la prophé-tie de Zacharie (Za 9,9), mais encore elle annonce l’abaissement du Christ en sa Passion.

Luc construit son récit de manière à faire apparaître la vérité profonde de ce qui arrive. Ici, dans l’évangile des Rameaux comme dans celui de la Passion, il nous présente un Jésus établi roi d’Israël et roi de l’univers, dans toute la noblesse de cet état, mais avec une parfaite économie de fastes et de moyens. En plein accueil triomphal à l’approche de Jérusalem comme dans l’horrible humiliation et les souffrances atroces du chemin de croix, il est vraiment le Seigneur venu non pour être servi, mais pour servir. Et, bien sûr, c’est un exemple qu’il nous donne. C’est pourquoi Luc place au moment du dernier repas la leçon sur le pouvoir que le Maître donne à ses Apôtres.

En contemplant les souffrances de Jésus, prions pour tous ceux qui souffrent, eux dont la chair éprouvée est le lieu où nous le trouvons en ce monde. Mais sachons aussi rentrer en nous-mêmes et confesser tous nos péchés contre la grâce, toutes les circonstances où nous avons usé de notre pouvoir pour nous servir nous-mêmes, et non pour servir ceux qui en avaient tant besoin. Et ne désespérons pas. Car, si horribles soient les méfaits commis en ce monde, le Seigneur est allé jusqu’au bout et jusqu’en bas pour nous relever de tout abîme, il est monté au plus haut, ressuscité, pour nous sanctifier. Église réduite à l’état de petit troupeau, sachons témoigner de l’amour invincible qui vient au monde.
Père Marc Lambret
 

Contact express