Avez-vous un père ?

Jadis, cette question "imposable" aurait visé l’éventualité que votre interlocuteur soit orphelin. Aujourd’hui elle pourrait en outre envisager qu’il ait seulement "deux mamans", ou une seule en tout et pour tout. Quelle folie du législateur que de penser promouvoir le bien en ouvrant la possibilité de "faire" des enfants d’emblée privés de père ! Une députée de premier plan me le disait récemment : elle déplorait de ne trouver dans son groupe, à quelques exceptions près, que sourde oreille dans l’obtuse résolution idéologique des tenants du "progrès", elle qui pourtant n’était notoirement "pas du tout catho"!

Aujourd’hui, les adultes appelés à recevoir le baptême dans la nuit de Pâques reçoivent le "Notre Père" au cours de la messe de 11h selon le rite de la "tradition de l’Oraison dominicale". Elle sera leur quand ils seront devenus enfants de Dieu par les sacrements de l’initiation chrétienne. Mais le Très-Haut aime à anticiper sur ses propres dons. Il tient déjà pour ses enfants ceux qui ne sont pas encore ramenés par le Fils, et il s’empresse de se donner pour Père à ceux qui sont tout près du but. Quel bonheur de recevoir un Père à qui parler, toujours disponible et prévenant, aussi indulgent que ferme et sûr, un Père tendre, fort et bon, un vrai !

Ce Père que le Fils nous révèle aujourd’hui sur la montagne de la Transfiguration est aussi, nous le savons, comme une mère : il est saisi aux entrailles devant la douleur ou le malheur de ses enfants. Mais il est aussi celui qui laissera le Fils aller jusqu’au bout de son don de lui-même : quel mystère que le coeur du Père voyant Jésus pendu au bois de la Croix ! Faut-il qu’il nous aime, Dieu, pour partager ainsi notre condition déchue afin de nous libérer du péché et de la mort ! Mais le Fils nous révèle aussi aujourd’hui que dans sa résurrection nous serons reçus en sa béatitude éternelle, et que rien jamais ne viendra plus nous troubler. Amen.
Père Marc Lambret

Contact express