Des pêcheurs "pour de vrai"

Jésus a-t-il choisi des pêcheurs simplement pour pouvoir leur dire : « vous preniez des poissons, désormais vous prendrez des hommes » ? Certes, il est difficile d’imaginer un tel jeu de sens avec d’autres professions. Par exemple, des bergers auraient été tout indiqués pour faire des Apôtres ; mais leur dire « vous conduisiez des moutons, désormais vous conduirez des hommes » ne mettrait pas autant l’accent sur la mission. Et puis, on ne saurait imaginer pour eux un pendant à la pêche miraculeuse : leur compétence consiste à garder toutes les têtes, et même à veiller sur l’accroissement naturel du troupeau par les naissances d’agneaux, mais aucune situation ne les fait passer subitement de zéro à beaucoup.

D’autres aspects de la condition des pêcheurs sont favorables à de fécondes métaphores. Ils arrachent leurs prises à « la mer », c’est-à-dire, dans la tradition biblique, au lieu de résidence de monstres effrayants et de puissances redoutables, et même à la mort, dans le récit fondateur de la sortie d’Égypte, voire au péché et à son auteur, ainsi que le suggère l’histoire des cochons endiablés précipités à l’eau du haut de la falaise. Ainsi les hommes convertis par les Apôtres sont-ils sauvés de leur condition vouée à la mort à cause du péché. Seulement, à l’inverse des poissons, leur extraction du milieu marin leur ouvre la vie nouvelle grâce à l’Esprit Saint. Ainsi, le poisson était si bien indiqué pour figurer le chrétien qu’il en devint le symbole, d’autant que le mot en grec était l’acronyme du titre « Jésus Christ Fils de Dieu Sauveur » (I Ch Th U S).

Mais je repose la question : Jésus a-t-il chois des pêcheurs pour cela ? Il me semble préférable de supposer une convenance arrangée par la Providence plutôt qu’un dessein délibéré de communication. En tout cas, ces hommes étaient vraiment des pêcheurs, avec ce que cela signifie de vie rude et dangereuse, dépendante de la « chance » qui faisait qu’à compétence et motivations constantes, ils pouvaient être comblés un jour et rentrer bredouilles un autre. Tout cela les disposait à l’aventure chahutée des évangélisateurs. Jésus a aussi appelé des hommes d’autres métiers. Chacun était donc disposé selon sa formation humaine, et cela comptait. C’est encore le cas aujourd’hui : l’Esprit Saint agit avec l’humanité de chacun de nous, pour de bon.
Père Marc Lambret

Contact express