Les plus grands sont des enfants

Il faudrait avoir perdu tout bon sens pour ne pas voir qu'un enfant pris au hasard ne saurait constituer un candidat sérieux, disons, à l'élection présidentielle. Alors, que veut dire Jésus quand il donne un tel exemple aux principaux de ses disciples, ceux entre qui semble devoir se jouer sa succession à la tête du mouvement qu'il a lancé ?

Bien sûr, nous pouvons y voir tout simplement l'exhortation à accueillir les enfants en général, ou encore la recommandation qui se retrouve par ailleurs, de « redevenir comme des enfants », tout cela par amour du Christ et fidélité à son enseignement. Mais ce serait sans rapport avec le sujet, à savoir l'ambition de devenir le premier.

Puisqu'il s'agit de pouvoir et d'autorité, c'est bien ainsi qu'il faut entendre la « cascade d'accueil » mise en place par le Seigneur : recevoir l'enfant en son nom, c'est le recevoir lui-même, et le recevoir, c'est recevoir son Père qui l'a envoyé. Autrement dit, même le premier enfant venu pourrait être constitué représentant de Dieu et serait à accueillir comme tel.

Cette mise au point du Christ à l'intention de ses disciples est cinglante. Qu'ils n'aillent pas se prévaloir de leurs qualités propres pour se glorifier des charges et fonctions qui leur sont confiées. Leur seule légitimité provient de la nomination concédée par le Seigneur, « Miserando atque eligendo » : c'est par pure miséricorde qu'il donne à ses indignes serviteurs d'exercer le ministère en son nom. Les plus grands parmi eux sont bien des enfants au regard de Dieu.

Père Marc Lambret

Contact express