Eteindre et rallumer

Souvent, un dispositif inopérant se réveille par la vertu de cette simple procédure qui consiste à l’arrêter puis à le relancer. Les mystères de l’électronique et de l’informatique peuvent nous laisser tout à fait perplexes, qu’importe, pourvu que nous obtenions à nouveau satisfaction.
Pourrions-nous comprendre en ce sens cette phrase énigmatique de l’évangile d’aujourd’hui : "Tout sarment qui est en moi mais qui ne porte pas de fruit, mon Père l’enlève" ? En effet, Dieu, qui est bon, ne saurait faire que du bien, même à ceux qui ne le méritent pas.
Les fidèles écartés, par les contraintes de ce temps de pandémie, de nos assemblées où le Christ se donne pour irriguer tout le corps de sa sève vitale vont voir à nouveau s’ouvrir grand devant eux le chemin de l’église. Puissent-ils le reprendre sans tarder d’un bon pas !
Si certains n’en éprouvent plus le besoin, c’est peut-être que leur pratique tenait plus à l’habitude qu’à l’ardeur d’une sainte soif. Leur retour serait l’occasion de ranimer le feu sacré de l’Évangile et l’accueil de l’Esprit qui emplit de zèle missionnaire le cœur des ouvriers de la Vigne.
Ne laissons pas les pesanteurs du monde tirer l’Église vers le découragement de ceux qui ne savent plus annoncer aux hommes la nouvelle du Seigneur ressuscité. Si notre lumière s’était éteinte au vent mauvais de la morosité, laissons le Christ la rallumer à son mystère de vie nouvelle.
Père Marc Lambret

Contact express