Les moyens de l'unité

L’unité, qualité essentielle de Dieu qui est "UN en trois personnes", est aussi un bien principal du salut réalisé sacramentellement dans l’Église "Une", en laquelle l’humanité a vocation à se trouver rassemblée au terme des temps. Mais l’œuvre de Dieu est encore en cours dans l’histoire, dans l’Église et dans le monde, c’est pourquoi Jésus a prié à la veille de sa Passion : "Père, qu’ils soient Un comme nous sommes Un". La prière pour l’unité des chrétiens nous unit donc à celle du Seigneur lui-même et nous engage à œuvrer ardemment pour qu’elle se réalise toujours plus et mieux en notre temps. 

L’unité solide résulte d’une communauté d’origine, de chef et de projet. L’appel des premiers disciples que nous entendons aujourd’hui en Marc, suppose l’inscription des élus dans l’histoire de la première Alliance, leur reconnaissance du Christ comme maître et le partage de la mission en devenant "pêcheurs d’hommes". Jésus appelle deux fois deux frères ensemble, indiquant ainsi que la malédiction des frères ennemis qui pèse sur le monde depuis Caïn et Abel jusqu’à frapper même les patriarches dans les figures d’Isaac et Ismaël, ainsi que de Jacob et Ésaü, est désormais en passe d’être vaincue.
L’ennemi ne cesse pas d’agir à sa manière pour tenter de détruire l’œuvre de Dieu. Depuis la Genèse, en effet, il se manifeste comme "décréateur". Il mérite bien - si l’on peut dire ! -, le nom de diable, c’est-à-dire diviseur et déconstructeur. Son influence est évidente dans l’attitude des puissants qui estiment judicieux de désunir pour régner et croient pouvoir profiter des conflits qu’ils provoquent ou attisent. Dieu merci, une saine réaction est possible. Mais prenons garde que, si le pire n’est jamais sûr, le meilleur ne l’est pas toujours. Il nous revient de choisir, plutôt que la haine et la mort que souffle le mauvais, l’amour et la vie que donne l’unique Esprit. 

Père Marc Lambret



Contact express