Où est Jésus?

Est-ce un jeu, comme ces vignettes où il s’agit de discerner un sujet dont les traits sont noyés dans le dessin ? Après un intitulé éclatant, nommant "Jésus, Christ, Fils de Dieu", le livret de Marc commence par l’entrée en scène d’un autre personnage qui rassemble le peuple, tandis que le "rôle-titre" brille par son absence. Certes, le lecteur expérimenté des évangiles pourra le deviner dans ce "plus fort" qui doit "baptiser dans l’Esprit Saint", pourtant, cette évocation évitant les thèmes habituels descriptifs du Messie reste énigmatique.

Où est Dieu ? Cette question lancinante accompagne l’humanité depuis l’origine, elle est même peut-être le seul et véritable "propre de l’homme". Sagesses et traditions religieuses la documentent sans pouvoir la trancher, et chacun se la pose à nouveau pour lui-même. Seule la foi chrétienne y reçoit une réponse totale et universelle, même si elle demeure énigmatique et inépuisable : c’est Jésus, le Fils qui révèle le Père. L’Avent est l’attente active de celui qui est venu et qui vient, dans la certitude et l’expérience déjà de sa présence.



Plus pratiquement, dans sa vigueur symbolique, ce début de l’évangile de Marc nous dit que le Christ, le Fils de Dieu, est lui-même en attente d’une place au milieu de nous. En chacun, il vient aussitôt que le moi cesse de s’emplir de lui-même, à la faveur d’un mouvement de vérité où il se reconnaît faible et pécheur. Alors, le plus fort se fait tout petit pour demeurer en lui. Et quand deux ou trois se mettent d’accord pour demander l’Esprit Saint, ils l’obtiennent de celui qui donne sa vie sur la croix pour que le monde soit renouvelé dans la justice et l’amour.
Père Marc Lambret



Contact express